Courrier à l'attention des membres d'AC

  • Bienvenue en République matriarcale d'Albanuova ! Albanuova est une micronation virtuelle, un jeu gratuit en ligne, qui vous propose d'incarner un personnage sur le forum : femme politique, journaliste, chef d'entreprise,... Les possibilités sont nombreuses !

    Découvrez notre pays plus en détail à la Bibliothèque et si vous souhaitez nous rejoindre, lisez le guide du nouvel arrivant et remplissez dès maintenant le formulaire d'inscription !

Armàlina Csilàn

Matriàrcje di Albègnove
5 Mars 2021
106
20
Sz
5 892.84
Un courrier arriva du siège d'Aleàncse Csivìche à chaque adhérent. La présidente du parti, et nouvelle Matriarche, Armàlina Csilàn, avait en effet pris sa plume pour écrire quelques mots. Sa nouvelle fonction lui imposait en effet de prendre ses distances avec le bureau politique d'AC.

Chères adhérentes, chers adhérents,


Notre pays vient de se donner une nouvelle Constitution. Grâce à votre travail acharné, Albanuova peut envisager un avenir nouveau et serein. Soyez en, encore une fois, remerciés.

Le peuple albanovais m'a fait l'honneur d'accéder à la fonction matriarcale. C'est une charge qui m'honore et pour laquelle je m'engage à servir au quotidien. L'intérêt général sera la valeur qui guidera mon action au service de tous les albanovais.

Dans ces conditions, vous comprendrez - et excuserez je l'espère - la décision que je prends aujourd'hui de démissionner de mon poste de présidente d'AC et de membre de son bureau.

La Matriarche ne devrait pas, selon moi, appartenir à un appareil politique. Elle sert tous les albanovais, quelles que soient leurs opinions politiques. Bien entendu, je resterai fidèle aux idées portées par Aleàncse Csivìche et vous pourrez compter sur moi pour le débat d'idées.

Je vous propose dès aujourd'hui ma décision et l'opportunité d'engager un vote pour décider d'un ou d'une nouvelle présidente pour représenter notre parti.

Aleàncse Csivìche a su dépasser les clivages traditionnels : c'est plus que jamais dans cette voie qu'il faut continuer.

Bien à vous.

Armàlina Csilàn